Notre mission

Nous nous engageons à accompagner, avec amour et respect, les gens prêts à s’impliquer dans leur processus de guérison, en les guidant avec passion et intégrité, au moyen d’un système d’éducation et de soins Network personnalisés, afin d’améliorer leur qualité de vie et exprimer leur individualité, dans un monde meilleur.

Nos services

Analyse Vertébrale Network

L'Analyse Vertébrale Network tire ses origines de plusieurs méthodes et approches chiropratiques, mais elle ne ressemble en rien à l'approche conventionnelle.

En savoir plus

Intégration somato-respiratoire

L’Intégration Somato- Respiratoire (I.S.R.) a été développée spécifiquement afin de mieux reconnaître les rythmes et la sagesse du corps. Elle est aussi un complément essentiel aux entraînements de l’Analyse Vertébrale Network (A.V.N.)

En savoir plus

Atelier d'auto-guérison

Notre atelier se veut un outil indispensable pour améliorer vos résultats, accélérer le processus et même réduire vos coûts. C'est pourquoi nous demandons à tous nos nouveaux patients d'y assister au moins une fois.

En savoir plus

Être heureux, cela commence dans sa tête

lundi 23 juillet 2018

ÊTRE HEUREUX  11

 

Nos pensées commencent à se former en très bas âge. Il y a plusieurs recherches qui confirment que nos pensées commencent même à se former pendant la gestation.  Scientifiquement, nous savons très bien que l’état de la mère pendant la grossesse influence les systèmes nerveux, hormonal et immunitaire de l’enfant donc, le lien avec les pensées est facile à faire.

Imaginez que vous regardez un super bel enfant, que vous lui souriez et lui parliez avec affection.  L’enfant commencera alors à faire des liens et pensera que la vie est comme ça; que tout le monde l’aime et que tout le monde est gentil.

Imaginez maintenant le contraire. Un enfant qui n’est pas aussi beau, qui n’attire pas autant d’attention pourrait commencer à penser que la vie est comme ça; les gens sont indifférents et à moins que je fasse des choses exceptionnelles, personne ne me remarquera.

Avec le temps, notre cerveau, qui veut toujours utiliser le moins d’énergie possible, commencera à établir des patrons (patterns) entre les gens, les comportements, les visages, les évènements et les choses ou objets.

Le fait d’établir des patrons aide le cerveau à être plus efficace et ainsi porter attention à d’autres choses. Ces raccourcis deviennent alors des habitudes qui fonctionnent relativement bien la plupart du temps.

L’envers de la médaille est que ces raccourcis ou patrons s’installent dans notre cerveau, nous ne les reconnaissons plus et ainsi,  ils deviennent des automatismes. Ils nous empêchent alors de penser, d’utiliser la logique et de considérer certains faits qui nous amènent à prendre de mauvaises décisions. Nos raccourcis mentaux ou patrons peuvent influencer nos perceptions et nous amener à des conclusions erronées.

Par exemple, lorsque nous entendons des choses à répétitions, qu’elles soient vraies ou non, nous aurons tendance après un certain temps à les prendre pour acquises et les croire. Nous n’avons qu’à penser à des rumeurs sur des personnes, aux nouvelles que nous écoutons, aux messages publicitaires, etc.

Un autre exemple concret est le cholestérol. « Tout le monde » sait que le cholestérol est mauvais pour la santé. Vrai ? Pas vraiment et il n’y a même plus de controverse possible. Le taux de cholestérol n’a rien à voir avec les maladies cardio-vasculaires. Même les auteurs de l’étude disent qu’ils se sont trompés dans leurs conclusions et malgré tout, on continue de véhiculer ce mythe.

Vous arrive-t-il aussi de trop souvent croire ce que vous entendez ? Vous arrive-t-il de ne presque jamais croire ce que vous entendez ? Ces deux situations sont des patrons ou raccourcis qui nous empêchent de penser.

Si vous avez du courage, regardez-vous dans une glace et dites à voix haute ce que vous voyez, vos impressions, vos observations, votre état d’âme face à la personne que vous regardez. Vous catégoriserez probablement ce que vous direz.

Ces catégorisations nous amènent souvent à établir des liens qui n’existent pas ou à ne pas en voir lorsqu’ils en existent. Alors, les chances sont que les choses que nous disons sur nous soient des raccourcis et des patrons qui nous empêchent de penser.  Et, à notre corps défendant, ces catégorisations nous limitent à voir les gens ou les circonstances clairement.

Nous connaissons tous des gens qui arrivent à des conclusions incroyables face à certaines personnes ou situations qui n’ont rien à voir avec la personne ou la situation comme tel.  C’est cela des patrons ou des raccourcis et nous en avons tous et nous voulons commencer à les découvrir.

Dr Pierre Bernier, D.C. 23.07.2018

Tous droits réservés

Ne peut être reproduit que dans son intégralité.

Être heureux, ça commence par un rêve…

ÊTRE HEUREUX  10

 

Pour être heureux,  nous voulons amener nos projets, nos rêves en action. Sans action, il n’y a rien qui se crée, tout reste pareil. Lorsqu’il n’y a pas d’évolution, il y a régression. L’univers prend de l’expansion et nous devons participer à son expansion. L’action nous y mène. Mais quelle action me demanderez-vous ?

Il y a toujours un rêveur, un créateur, un visionnaire et dans le monde des affaires, nous l’appelons l’entrepreneur. C’est à celui qui a une idée et qui poursuit son rêve. Dans notre vie quotidienne c’est la même chose. Nous devons avoir un rêve, un objectif, des aspirations, un désir de vouloir s’améliorer dans un aspect de notre vie ou un autre.

Quel est votre rêve personnel ? Aider les autres, faire de la peinture, être dans la meilleure forme de votre vie, apprendre sur certains sujets particuliers, avoir le plus beau potager de la rue, lire un livre par mois ou par semaine, faire la connaissance d’une nouvelle personne par semaine et j’en passe.

Qui est la personne que vous aimeriez devenir ? Une personne calme qui respire la sérénité, un modèle de santé, un érudit de la musique ou des vins, un ami intime, une femme d’affaires, quelqu’un qui respire le bonheur.  Les choix sont nombreux et plus ou moins ambitieux.  Peu importe ce que vous préférez, allez-y et ajoutez-y de l’enthousiasme.

C’est bien simple, il n’y a qu’à commencer, à faire le premier pas, juste un petit pas et c’est parti.  Mais pourquoi tant d’entre nous hésitons à faire ce petit pas ou savons que nous nous arrêterons bientôt parce que c’est ce que nous avons appris sur nous-mêmes?

Certaines personnes hésitent à faire le premier pas parce que la tâche à accomplir semble gigantesque, trop grosse : « Ouf! Je n’y arriverai jamais. » Si vous êtes de ceux-là, le problème et la solution sont bien simples. Le problème est que vous êtes dans le futur et non dans le présent.  Que puis-je faire maintenant, là, là, tout de suite est la solution. Je me souviens d’une phrase qu’un chiropraticien m’avait dite au début de ma carrière lorsque je lui disais que je rêvais d’avoir une pratique comme la sienne : « Comment fait-on pour manger un éléphant ? Une bouchée à la fois. »

Certaines personnes hésitent parce qu’elles ne connaissent pas toutes les étapes avant de commencer. Elles doivent tout savoir, tout prédire, tout planifier et tout maîtriser avant d’aller de l’avant. Sachez que leur problème est le même que ceux qui trouvent la tâche trop grande…ils ne sont pas dans le présent.

C’est vrai qu’il faut planifier, savoir ce que nous avons besoin de faire jusqu’à un certain point sinon cela pourrait être considéré comme de l’imprudence voire même de la témérité ou de l’arrogance mais attention, si on doit tout savoir alors on ne fera jamais rien. Si on ne fait rien alors, on n’ajoute pas de valeur à notre vie, ni à celle des autres et on ne contribue pas ni ne partage notre mission.

Une autre chose qui nous empêche de faire les premiers pas… nos pensées. Saviez-vous que nous avons entre 50,000 et 70,000 pensées par jour ? Ces pensées sont avec nous depuis la toute jeune enfance. Ils nous façonnent et nous dictent qui nous devons être.

La semaine prochaine, nous discuterons des façons de prendre conscience de nos pensées et comment les changer.

 

Dr Pierre Bernier, D.C. 16.07.2018

Tous droits réservés

Ne peut être reproduit que dans son intégralité.

Que faire pour être heureux ? Les valeurs individualistes et traditionnelles

lundi 9 juillet 2018

ÊTRE HEUREUX  9

 

Nous en sommes aux deux dernières valeurs ou attitudes et j’espère que vous commencez à vous faire une petite idée de celles que vous voulez installer automatiquement de façon à ce qu’elles soient toujours présentes dans votre vie.

La valeur individualiste : Cette attitude rassemble des gens qui veulent accéder au plus haut poste ou à la plus haute position possible. Ils sont très stratégiques et amènent leur plan à destination. Ils veulent mener ou diriger les autres et ils planifient leur carrière pour obtenir ce qu’ils veulent. Souvent, ce qu’ils veulent est en relation avec une cause qui leur est personnelle et celle-ci est reliée à une des autres valeurs ou attitudes.

Par exemple, une personne peut vouloir devenir politicienne pour aider la société à progresser. Une autre peut espérer devenir la présidente de l’O.N.U. pour améliorer le sort de la planète et des plus démunis.

La valeur traditionnelle : Il y a plusieurs années, cette attitude était appelée religieuse. « Je vais chercher et trouver le vrai sens de la vie ». Les gens avec cette attitude s’appliquent à vivre de la façon le plus près possible de certains enseignements. Par exemple, ils auront tendance à lire, comprendre et interpréter les mots de la bible dans un sens littérale. C’est écrit donc je dois suivre ce qui est écrit et, ils les appliqueront dans tous les aspects de leur vie.

Ils voudront également convaincre tous les gens qu’ils connaissent à se joindre à leur cause. Ils peuvent parfois même aller jusqu’à aliéner leur entourage et les membres de leur famille sans oublier qu’ils ne seront pas très à l’aise à côtoyer des individus qui ne respectent pas leurs systèmes de croyances.

Ils peuvent avoir des idées très fermées et ne pas être ouverts à la nouveauté. Certains peuvent même aller jusqu’à sacrifier leur vie pour une cause.

Maintenant que nous avons fait le tour des valeurs, je vous invite dans les prochains jours à déterminer vos deux principales valeurs et à observer dans votre entourage quels peuvent être les facteurs motivateurs des valeurs des autres. Vous constaterez assez rapidement que nous pouvons aisément observer des comportements mais que nous ne pouvons pas savoir quelles en sont les raisons.

Quelqu’un peut avoir l’air d’être très utilitaire mais on ne peut pas comprendre pourquoi il est comme ça. Ce qui le motive à être économe et à toujours vouloir avoir un retour sur son investissement, est-ce vraiment sa valeur utilitaire ou veut-il tout simplement être économe pour ne pas trop consommer et avoir un impact négatif sur les ressources de la planète ? Peut-être veut-il gagner beaucoup d’argent afin de pouvoir le redistribuer à qui bon lui semble ? Qui peut savoir ?

Je ne peux assez insister sur les bienfaits de prendre le temps nécessaire pour déterminer ce qui vous allume, vous inspire et vous rend joyeux.

Assurez-vous de mettre des choses en place pour que tout devienne automatique et vous assurez ainsi des moments de bonheur dans vos journées.

 

Dr Pierre Bernier, D.C. 09.07.2018

Tous droits réservés

Ne peut être reproduit que dans son intégralité.

Des questions? Communiquez avec nous.

En Outaouais, nous nous distinguons en poussant l’activité physique et la saine alimentation.

Demande
d’informations?


Nouveau patient?